L'Exil

 

L'exil

 

 

 

Notre sang n'avait pas séché,

Que l'on nous enterrait déjà

Et nous cachions notre peine,

Dans le bruissement des oyats

Quand la main noire de l'orage bourdonne sur la dune

Barbouillant de bistre le front agité de l'océan

Et nos noms asséchés par l'embrun iodé de notre errance,

Sont devenus les pierres d'une maison en ruine,

Se frottant au parfum de curry, de safran,

Quand l’immortelle brille,

Dans la chaleur de l’été…

 

 

 

Du 30/03/2011 Au 06/04/2011

 

 Copyright HugoLemaltais.blog4ever.com

 

 

 

 

 

 



06/04/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 16 autres membres