Extrasystole

Extrasystole

 

 

 

Que m'a dit l'ophion jaune,

Sur la jeune ride de l'été

Que le vent massèrant sa colère,

Sur les doigts effeuillés

Du tremble frissonnant d'or

Que les dernières fraises,

Grignotées de plumes et de frimas

Se berçant encore du bruissement poudré,

De la noctuelle de l'érable

Que dans la nuit pluvieuse,

La lune écoule sa rousseur brumeuse

Sur l'éclat verdâtre et lent de la Marne

Que les dernières fumerolles d’un feu automnal,

Aiguisent l’acidité nocturne de l’humus

Resserrant son parfum aux creux des racines

Et,

Que le crépuscule n’a de dieu,

Que le doigt humide et mesuré

D’un dernier soleil estival

Agonisant,

Parmi les cirrus ensanglantés et les étoiles naissantes.

 

 

Du 05/11/2010 au 13/11/2010

Copyright HugoLeMaltais.blog4ever.com

 

 



01/01/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 16 autres membres