Chambre 443

Chambre 443.

 

 

 

Je te laisse au ciel

Et c’est un monde binaire qui s’éteint

Un repère est un repère

Qu’il soit terni, mate ou brillant,

Lisse ou rugueux

Froid ou brûlant

Un repère est un repère

C’est une voix que l’on entend,

Et qui s’éclipse soudain

Un repère est un repère,

Qu’il disparaisse,

Et c’est un vide incertain,

Un enfer mesuré

Un trou aussi noir que l’absence,

S’avançant, claudiquant

Et de son tic

Tac,

Mesurant l’étendue sourde et glacée de notre colère…

 

Je te laisse au ciel

Et ton regard bleu aussi

Tes souvenirs égarés

Ton alcool, tes crises et ta coquetterie

Malgré tout…

 

Je te laisse au ciel

Et tes endives à la poêle, tes feuilletons et tes romans photos

Tes jardinières et tes soupes de légumes

Ta Valstar, tes bijoux et le culte de ton père…

 

Je te laisse au ciel

Et dans cette barque qui t’emporte déjà

Je serre le poing et ma larme d’enfant

Car que peut un fils, face au monde qui s’éteint…

 

 

 

Du 06/01/2009 Au 08/01/2009

Copyright HugoLeMaltais.blog4ever.com



30/04/2011
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 16 autres membres