Miskine Cachalot

Miskine cachalot…

 

Il me semble être moi-même :

La nuit, c'est la sagesse de l'ombre…

Aux jours tragiques de nos absences...

... je suis à l'abri

Les chiens de ma nuit n'aboient plus.

J’ai la sauvagerie de mes horizons

... je suis.

Je rêve de départs saturés d'espace,

Où l'absence a ses propres morts.

Si seul dans la multitude

Prisonnier parmi le nombre

A jeûner dans des vies entières

Je vis d'errances immobiles...

 

Quelqu'un,

Cette aventure de soi

Un oiseau vole...

Un pommier fleurit.

 

Je suis de la légende des ombres...

Ce souvenir de n'être plus là

Quand la nuit s'éveille d'elle-même,

Comme l’ombre décousue de l'absence :

Je crois à l'aurore des choses.

 

Ta nuit a vu le jour dans mes yeux

Se souvenir de l'ombre en soi

Ce jour,

Qui n'attend pas l'aube.

 

Je suis

Une façon

D'être Là.

 

Je sommeille à l'envers du monde

Dans le creuset de la nuit,

Où l'ombre est passagère...

 

Je suis,

L'ombre humide de la nuit

L'ancrage de la profondeur…

Dans mon sillage, des espaces insatiables de silence.

 

Je ne suis qu'un paysage dormant.

(Entre deux arbres

Un oiseau.)

 

Ma nuit s'est égarée entre tes mains,

Je ne vis que du hasard des autres…

La nuit s'inventant à deux.

 

Je ne suis qu’un rêveur,

Et ma place est ailleurs…

 

Du 26/04/2020 Au 25/08/2020

A Gérard De Nerval…

Copyright HugoLeMaltais.blog4ever.com



25/08/2020
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 16 autres membres