Les Hémorragies Carcérales

Les hémorragies carcérales

 

 

 

 

On était à Tolbiac, l'équipe et moi, les cognes nous sont tombés dessus : les vaches, çà a bastonné comme à Kaboul!

Puis,

Après deux, trois braquo, je vais au troquet gratter un millionnaire. 

Mais n'ayant pas la santé, j'ai twitté à Fleury.

Graver sur ma peau, ce vers italien : La mort viendra, et elle aura tes yeux.

(dans toutes les guerres y a un fantôme, et dans celle-là, moi j'en suis un.)

 

Mon escif, suivant des courants indolents, m'a déposé sur ces terres brûlantes, savoureuses, aux rituels sauvages et délicats...

... où le soupir n'est que l'aveu de la volupté...!

Au sommet du chemin, bordé de sauges et de bruyères, une femme, à la brutalité douce, maniant l'érotisme...

... aussi bien qu'une lame ou qu'un poing américain.

Un frisson de chaleur s'écoulait en ombre du sycomore. D'une tente sarrasine, non loin, parvenaient... 

... un parfum de jasmin mêlé de menthe...

Je regardais l'ombre rouge des bergers masaïs sur l'arête brûlante des rochers.

Des paquebots rutilants, croisaient au large de la rouille d'un cargo crachotant... 

(J'ai vu l'éclat sombre des plumes, éclatant dans un soleil fauve.)

 

Non, le vrai kif : se raser de frais après 6 mois de baroud dans les régions tribales du Waziristan

Et moules frites à la baraque et bocks de bière blanche! Un peu d'accordéon, un bout de tabac brun, et une femme accueillante...!

 

Du 26/01/2012 Au 03/06/2012 Copyright HugoLeMaltais.blog4ever.com

 

 



03/06/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 16 autres membres