Léopoldine

LEOPOLDINE.

 

 

 

Mais, du fond de mon abîme

Je perçois, dans un brouillard doré,

Une aurore...

Comme un acte de bonté

Qui me laisse alors pensif

Sur ton - départ - inopiné...

Et ce rayon adoucissant l’escarpement grotesque de mon exil

Est là pour me grandir,

Et ma peine, s’effacer...

 

 

20/03/2002

Copyright HugoLeMaltais.blog4ever.com

 


 



19/12/2011
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 16 autres membres