Frankenstein

Frankenstein

 

 

 

Chaque aube naissante,

Voit déplier ma carcasse…

 

Le son porté

L’équilibre des forces

L’onde du Verbe. 

 

L’aridité du givre,

Sur l’ossature de la brume

 

Je lorgnais vos vies, misérables et humaines…

 

Bruissement de l’humus sous la feuille d’automne,

Acidité de la pluie,

Affûtant l’horizon pâle de ma solitude…

 

Je suis

La créature venue de si loin,

L’errance immortelle du remord…

 

 

 

Du 08/12/2014 Au 17/12/2014

Copyright HugoLeMaltais.blog4ever.com

Prométhée (Céramique - Louvre).jpg



17/12/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 16 autres membres