6lex

6lex

 

 

 

Je courberai ma soif à l’angle aiguë du vide

Fracture d’humidité sur la gencive de l’aube

Le givre de la nuit crisse sur les pas du songe,

Là où le vent ébouriffe sa crinière de fauve

Je ne suis qu’un jeu d’ombres, transpercé de pluie,

Une éraflure de nuage à l’ombre d’un soleil naissant

 

Affuter la ligne de fuite de son sourire

Sur l’arôme minéral de son regard

 

Le vieil arbre me salue de ses paupières dorées

Et me dit, de sa voix aiguisée d’écorce et de rosée,

Que la nuit vient, avec sa poigne de sueur et de cauchemars.

 

 

 

Du 20/08/2016 Au 17/11/2016

Copyrigth HugoLeMaltais.blog4ever.com

 

Photo de @ferlamp (Eight 2016).jpg



17/11/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 16 autres membres